Les discours de l'Académie

novembre 2019

octobre 2019

juin 2019

mai 2019

mars 2019

février 2019

janvier 2019

décembre 2018

novembre 2018

octobre 2018

Les discoursUne suite de sept pièces de tapisserie armoriées des rois de Navarre

Un hommage récent rendu au Centre Pompidou le 19 septembre 2016 à l'historien médiéviste Jacques Le Goff par ses collègue de l'EHESS a opportunément mis en lumière un document héraldique de grand intérêt pour notre histoire locale. L'affiche choisie représentait en effet une pièce de tapisserie, la dernière d'une suite de sept, provenant du précieux fonds de dessins de l'érudit Gaignières à la Bibliothèque Nationale et ayant appartenu selon lui aux parents d'Henri IV.

juin 2018

mai 2018

avril 2018

mars 2018

janvier 2018

Les discoursPour saluer Francis Jammes (1868-1938)

FRANCIS JAMMES

Tournay, 2 décembre 1868 – Hasparren, 1er novembre 1938

décembre 2017

novembre 2017

octobre 2017

septembre 2017

Les discoursRéception Ligue Henri IV de San Francisco, français

Mesdames et Messieurs, chers cousins béarnais, chers amis du nouveau monde…

L’Académie du Béarn est heureuse de vous accueillir en séance spéciale pour vous exprimer les sentiments qu’elle éprouve à votre égard en cette occasion.

Les discoursRéception Ligue Henri IV de San Francisco, anglais

Ladies and gentlemen, dear cousins from California, dear friends from the new world.

It’s an honor and a great pleasure to welcome you today for this special session devoted to special guests.

Now Near and Far echo each other, just like those who left their native land but kept it for ever in their hearts. By being here today, you accomplish the dream of your ancestors.  You are their pride and our pride.

juin 2017

Les discoursFrançois Mauriac, l'itinéraire politique d'un intellectuel dans les combats de son siècle

«Mes prises de position, à certaines époques de ma vie, je n'ai pas la vanité de croire que cela présente quelque intérêt pour beaucoup de gens (...). Mais quoi ! on m'assure qu'il subsiste encore quelques milliers de maniaques, de par le monde, pour s'intéresser aux faits et gestes d'un écrivain de mon espèce qui a émergé à la vie de l'esprit, et donc à la vie politique, dans les premières années du siècle et qui depuis bientôt trente ans ne s'est pas privé de la commenter.»[1]